Précarité et circularité …

Ou comment fonctionne le secteur associatif Français d’aide à la précarité … Côtoyant ce milieu de près, je pense pouvoir en faire une analyse pertinente, en appliquant une méthode simple, utilisée par les scientifiques et les ingénieurs, dite de l’approche systémique, explication ici.
Je vais pour ce faire utiliser quelques exemples; le premier étant celui d’une église de la proche banlieue parisienne, qui, une fois par semaine, distribue le soir un repas chaud et un colis alimentaire.

precarité et circularité 1

Deuxième exemple, beaucoup plus facilement vérifiable, il s’agit d’un quartier de Paris, dans le XIIIe arrondissement, celui de la Pitié Salpêtrière : on a, d’un côté, le boulevard de l’hôpital et une partie du Ve arrondissement, avec pas moins de 7 associations différentes qui distribuent repas et petits déjeuners; de l’autre côté, le boulevard Vincent Auriol, qui comptabilise 6 associations de plus, qui ont les mêmes missions, sans oublier les hôtels sociaux et hébergements d’urgence.
Un SDF ne quitte jamais le quartier, car, allant d’une association à l’autre , toutes les offres sont à sa portée.

precarité et circularité 2

Et pour ceux qui ne sont pas sédentarisés dans cet arrondissement parisien ? Même schéma que ci-dessus, sauf que vous allez d’une arrondissement à l’autre, d’une zone à l’autre de Paris. Même en restant dans le sud de la capitale, en vous levant à six heure du matin vous arrivez à midi sans avoir rien fait d’autre que vous laver et vous nourrir. Systèmes circulaires verrouillés, enfermement, compartimentation ???

Cela renvoie à ma critique du film ‘le train transperce neige’, chacun doit rester à sa place et surtout de ne pas en sortir. Je ne joue pas le rôle de juge dans ce petit article dont le but n’est pas de dénoncer tel ou tel acteur du secteur, mais de décrire de façon synthétique un système, qui, bénéficiant d’aides publiques à foison, captent les gens et les maintiennent dans un système fermé. Comme le disait de façon fort à propos Elina Dumont, chroniqueuse radio et ancienne SDF, le secteur associatif, c’est « Touche pas à mon pauvre » et tant que cela durera, la situation des gens en grande précarité n’évoluera pas, au contraire, elle empirera.

Une réponse à “Précarité et circularité …”

  1. Alain dit :

    Merci pour cette description. J’ai ètè bénévol dans une association du XVIIé arrondissement d’aide aux SDF et c’est exactement l’impression que j’ai de ce que je faisais à l’époque.
    Alain

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :