Au bord du monde (Le film)

Comme le dit le producteur, ce film est tout d’abord réalisé pour avoir un témoignage des personnes sans domicile fixe. Le but étant de leurs donner la parole. Je trouve ce film intéressant sur plusieurs aspects.
Tout d’abord qu’il soit filmé uniquement la nuit. Car c’est à cette heure que nous les voyons le moins, dans la vie de tous les jours. Ce film m’a appris qu’il faut être mobile quand on est SDF, car comme le dit un SDF du film « il ne faut pas déranger les gens », ce qui suppose se lever à 5 heures du matin pour pouvoir revenir le lendemain. Chaque SDF raconte son histoire, et donne un témoignage de l’état dont il vit, et de l’avenir de leurs situations. Celle-ci n’est pas plaisante car ce sont des SDF qui sont depuis plusieurs années dans la rue.

Christine SDF à Paris dans le film Au bord du monde
Par contre, ce film n’a pas la prétention de comprendre l’aspect psychologique des sans abris. C’est le réalisateur du film qui le dit lui même.

De même, ce film ne montre pas la dureté des relations des SDF entre eux. C’est toujours un journaliste qui pose des questions à un SDF. Mais la vrai question est peut être de se dire, peut-on tout montrer en 1h30 de film ? Personnellement je ne pense pas, il fallait que ce film soit présentable aussi, ce qui est fait avec les vues de plusieurs monuments de la ville de Paris, Tour Eiffel…etc.

Jina SDF à Paris dans le film Au bord du monde

Moi personnellement je pense que l’on peut vivre comme un SDF, mais que seulement certaines personnes peuvent le faire, ont cette capacité à surmonter de telles difficultés au quotidien (certains se suicident alors qu’ils ont un travail et un logement) . Seuls des gens qui ont déjà connus des difficultés dans leurs enfances ou leur adolescences peuvent y arriver. Les autres développent des problèmes psychologiques car ils n’ont pas pu supporter le changement de situation de leurs vie d’avant et de celle maintenant de SDF.
J’ai déjà vécu cette situation et je trouve que les plaintes, le désarroi, le ‘marre-à-fond’ (comme dit Wenceslas), le mal-être exprimé des uns et des autres est ce qui est le plus dur à supporter.
L.D.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s