Dix-septième

Allez, on se dépêche, il ne va pas t’attendre
Ton rendez-vous est accepté, il faut le prendre
Ah, ça y est, juste à temps, je suis dans la rame
Vite, je me précipite, fendant l’air telle une lame

Signé: Ecritor

 

Une réponse à “Dix-septième”

  1. Toupet Daniel dit :

    Ton beau poème m’en rappelle un autre, dont voici un extrait : ….Les arbres voient la lame de mon visage où glisse la souillure des injures.
    C’est un magnifique poème traduit du russe et formidablement chanté par Angelo Branduardi.
    Tu peux l’écouter via les dictées proposées par mon logiciel. Je voudrais d’ailleurs en installer une nouvelle version sur ton ordi, corrigeant quelques bugs que j’ai repérés.
    Contacte-moi à ce sujet via mon Mail.

    Le dédicacé du Vingtième

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :