Archive | octobre 2014

Histoire d’un mec …

chapitre 1

Bonjour,je m appelle Djaffar et je vais vous raconter mon histoire. Le 31 mars 2014, j’ai été expulsé de l appartement de ma Mère où je vivais depuis son décès, d’où j’avais demandé le bail a mon nom, qui ma été refusé, donc j ai été mis a la porte. Et en même temps, j’ai perdu mon emploi pour cause de licenciement économique . Donc je me suis retrouvé sans rien du jour au lendemain, une chose que je pensais impossible pour moi, mais je me suis aperçu que ça peut arriver a n’importe qui d’entre nous. Et de se retrouver SDF, moi qui connaissait pas ce monde, ma complètement cassé le moral. Mais je ne me suis pas laissé abattre, malgré que je dormais dans un escalier d immeuble . Après 1 semaine d’errance j ai connus une association qui s’appelle la Bagagerie Antigel un lieu qui ma permis de poser mes bagages en permanence, de pouvoir me changer, de faire un brin de toilette, de boire un café de rencontrer des gens comme moi . On est accueillis 2 h le matin et de 7h00 a 9h00 et 2h le soir de 20h00 a 22h00 et croyez moi, ces 4h font un bien immense , je ne remercierai jamais assez ce lieu d échange et de chaleur. Avec des gens formidables que sont  les Bénévoles qui nous accueillent avec le sourire, et nous remontent le moral quelque heures . Je les remercie du fond du coeur .

chapitre 2

Aujourd’hui nous somme le 25 juin et depuis, depuis pour moi de l’eau a coulé sous les ponts. Comme je vous l’ai dit je ne me suis pas laissé abattre, j’ai été voir toutes les administrations sociales qui ont pu m’aider (assistance sociale, action sociale etc ). Et aujourd’hui j’ai réussi à trouver un toit, un studio dans le 15ème arrondissement , et c est que du bonheur, j ai retrouvé le moral. Je me suis aussi engagé pour suivre une formation de riper (éboueur) qui sera rémunérée sur 35h. Je ferai n’importe quoi pour m’en sortir . Et comme ont dit il n y a pas de “sot” métier. Donc voila je repars doucement mais sûrement dans la vie active, ce qui m’a beaucoup manqué quand j’étais a la rue. Donc si moi j ai réussi vous pouvez vous en sortir aussi. Alors réveillez vous et excuse l’expression “bouger vous le cul” et vous réussirez.
je me suis reconstruit en 3 mois et demi, alors bonne chance a tous.

ÉPILOGUE

Aujourd’hui je suis devenu bénévole dans cette association, la bagagerie antigel, ce lieu qui m’a tant aidé moralement et continue a le faire. Et maintenant je suis fier de leurs rendre la monnaie de leur pièce, et de pouvoir aider les autres.

DJAFFAR

Visite a Beaubourg : œuvres contemporaines abstraites

Alors quand on fait le tour de toutes les peintures, après il faut trouver de quoi il s’agit, évidemment : moi j’ai trouvé.

Frank.

Martial-Raysse-Centre-Pompidou-Beach-Scene

 

Seizième

Seuls… les rejetons des élites y avaient droit
Pour les autres… à la guerre, munis de leurs carquois
Disons- le… privilège parmi les privilèges
Viens… chaleur des savoirs car dehors tombe la neige

Devoir numéro 02… Signé: Ecritor