Soixante et unième

Bon, on verra bien; sur la porte je m’évertue
Retentit alors l’impensable: « personne ne sort… »
La deuxième aile… aussi: il va falloir être fort
Enfin elle cède; mais ce vent, quel tohu- bohu…

Mince, où est- ce que je l’ai mis ce parachute… ?
La suite la semaine prochaine… Signé: Ecritor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :