Soixante quatrième

Trop grandes, difficiles à manœuvrer, c’est le choc
Les voyant de très près, je vois bien qu’ils s’en veulent
Se réconcilier oui mais ce vent qu’est-ce qu’il gueule!
Serais-je comme eux, leurs visages n’étant plus que cloques?

Avion sans ailes, problème; ailes sans avion, gros problème
La suite la semaine prochaine…  Signé: Ecritor

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :