Cent vingt et unième

Une grande ombre arrive, nous la distinguons à peine
Leurs immenses ailes se déploient, sympa les secours
Pour lui, dans la masse, très difficile est ce jour
Il le fixe: pour moi, as-tu les yeux de Chimène?

Albatros versus capitaine, enfin un peu de divertissement
La suite la semaine prochaine…  Signé: Ecritor

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :