Archive by Author | lebagagesansvoyageur

Trenchtown a Paris

Trés belle sortie le 11  juillet à la Philharmonie de Paris.Une histoire de la Jamaïque depuis Christophe Colomb jusqu’à aujourd’hui ; Beaucoup de dynamisme et d’ingéniosité dans l’expression musicale des habitants. J’ai été  bluffé  de  savoir qu’une religieuse, sister Ignatius, a été  à l’origine du développement du reggae; Son école pour jeunes en situation de précarité , a permis  par la suite la création  de groupes à diffusion internationale comme Les Skatalites ou encore Israél Vibration. Nous avons eu la bonne surprise  de croiser dans les galeries de l’exposition Danny Coxson : Il   est un street artiste reconnu en Jamaïque ayant eu à faire le portrait des stars  comme Bob  Marley, Peter Tosh, U Roy, etc. Ce personnage est amputé de trois doigts de la main droite. On  touche de la main la violence des  ghettos de la Jamaïque.

Au final cela aura été une belle journée avec les camarades de la bagagerie, commencée par un bon déjeuner concocté par Ken.

Thierry.

Publicités

Reggae night

Jérusalem je t’aime 2017

Quelle journée inouïe !

COUP DE CŒUR !

 

BOB MARLEY’ …

JAMAÏCA

JAMAÏCA

EXPO !!

Des images, des sons, des tableaux de la star du reggae.

– On marchait dans l’exposition puis on vit un reggae-man, ‘Danny Coxson’, visiteur lui aussi à Paris. Peintre, il s’occupe aussi de la sono. Viennent flashs, photos d’ensemble autour de lui.

-« Le temps de l’esclavage est terminé dans son ïle, Hélé Sélassié débarque de l’avion en 1966, médaille de l’abolition de l’esclavage en main, brille pareille à un diamant noir aux yeux de tous. »

-« Course à pied des jamaïcains, bousculade, entrain autour de l’avion – « la porte s’ouvre, Hélé Sélassié apparaît dans toute sa splendeur, avec ses médailles au revers de sa veste. Il mettra du baume au coeur de cette île de béton. Thierry , le guide, traduit la vie de Bob Marley, ces premiers pas avec d’autres amis en extase, au centre de la nuit visitée par la lune jaune, et son chansonnier devenu maître, un joint d’herbe bleue à la main.
Ça crash dans le dancing, 2 hommes blancs arrivent à sa droite et à sa gauche, étendent leur bras les mains serrées au dessus de la tête de Bob Marley. celui-ci répétant – « j’attends…j’attends… ».
Le club, plein de monde, hurla de joie ! Back and white makes one .

David

 

D’où viennent-ils donc ces martiens-là?

Quoi de plus agréable qu’une sortie au jardin, quand le ciel est clément, et que le soleil brille?

En compagnie de deux amis, du plus agréable commerce qui soit, nous devisions benoîtement sur un de ces bancs verts, naguère mis à l’honneur par l’ami Georges, dont l’usage lui paraissait devoir être l’apanage exclusif des amoureux… Nous goûtions la douceur de l’heure et de l’endroit, quand la quiétude réparatrice qui commençait doucereusement à nous envahir, nous privât subitement de son dictame salvateur par le surgissement frénétique de… »la horde sauvage ». Pour un peu, chacun de nous, aurait pu l’espace d’un instant se prendre pour John Wayne… Quatre-vingt têtes blondes(au bas mot) se ruèrent sur nous et nous cernèrent sans autre forme de procès… Il y en avait de tous côtés… Quand l’excitation généralisée des premières vagues se mit à faiblir quelque peu, quelques éclaireurs de cette meute de guerriers sur le sentier de la guerre, plus audacieux que les autres, vinrent se livrer à de courageux travaux d’approche. Nous avions à faire, n’en doutons pas, à des professionnels du renseignement…

Ces braves guerriers, conscients du caractère quasi-sacré de leur mission, se mirent en devoir de nous interroger , nous nous rendîmes instantanément compte qu’il était vain, face à de tels professionnels de celer plus avant la vérité… La question nous injecta toute sa charge de candeur naïve:

– de quel pays vous venez ?

Il était manifeste et même évident que trois ostrogoths de notre acabit, ne pouvaient décemment pas faire partie des autochtones…

Le moindre étonnement, le plus infinitésimal atermoiement de notre part, eut été ressentis comme des incongruités indignes et intolérables de l’élite résidentielle de l’endroit…

… ressemble-moi où je perds mes repères!

BOSCO…

A serious game

C’est un film sur les sentiments d’amour d’un homme et d’une femme, un coup de foudre, dans le Stockholm de la fin du XIXème siècle.
L’histoire commence très bien entre ce jeune couple : un journaliste qui travaille pour un quotidien, et elle qui est modèle.  Des sentiments très profonds  qui vont se terminer pour des raisons matérielles .                  Les décors et costumes sont très bien faits sur cette époque . Ce couple qui se sépare après déchirement  va se marier chacun de son côté, et faire un beau mariage, rentrer dans la haute bourgeoisie suédoise. Ils vont même se retrouver lors d’une grande soirée d’opéra, leurs regards vont se croiser, et de là, leur histoire va reprendre. Ils se retrouvent et vont reprendre une liaison, elle, lassée par un mari trop vieux pour elle, et lui par une femme trop possessive, malgré une petite fille de chaque côté.                                       Une liaison qui va se terminer  bien, malgré le suicide d’un soupirant de Anna. Ce couple n’hésite  pas à se soustraire à cette vie de rêve pour se retrouver et continuer leur aventure .
Très beau film sur les sentiments profonds d’un couple.                                                                                               Toni

le cirque !

Un somnambule en plein équilibre ???

Rémi en pleine démonstration de son plat préféré : le cassoulet maison, aucun haricot n’est tombé par terre !!!

En fait Rémi est un vrai magicien, c’est le plus doué de nous tous. Car on était bien au cirque, à faire des acrobaties …

On a aussi vu un spectacle ‘le retour des papillons’ qui était réussi. J’ai eu du mal avec le début, la chorégraphie, mais après les numéros se sont bien enchaînés … J’ai apprécié particulièrement la danseuse sur un fil non tendu et le garçon dans un cerceau. Tous les artistes ont tenu leur numéro, ont assuré le spectacle : ils étaient très bien.

Toni

Musée de la musique

Le seul musée où l’on peut entendre une mouche voler, tout en appréciant les milliers d’instruments créés avec passion pour de douces mélodies.
Notre visite concernait la période baroque : les instruments de musique du 17ème siècle et la naissance de l’opéra.
La visite était bien organisée. Le guide nous a également permis de jouer de la musique dans un studio sonore spécial.

Une journée très mémorable dans un lieu pour les amateurs de musique de toutes les générations, du 17ème siècle, jusqu’à nos jours.
Sincères remerciements à Antigel et Valérie.

Visite au Louvre

Même si j’avais visité le Louvre plusieurs fois auparavant, l’occasion avec Valérie et les membres d’Antigel était spéciale pour deux raisons.
Tout d’abord, nous avons vu les origines du plus grand musée du monde. Il a commencé comme une forteresse en 1200. Je pense qu’il était important de connaître l’histoire du bâtiment, d’apprécier la maison de Mona Lisa, Venus de Milo et tous les autres chefs-d’œuvre.

Deuxièmement, cela m’a permis de connaître les amis d’Antigel et de connaître la culture de chacun.
Ken Soni.

Voyage a Houlgate

Voyage a Houlgate le 15 mai,  arrivée à 10h. J’ai été content de découvrir la Normandie, ses chaumières splendides et ses côtes maritimes que je ne connaissais pas. Arrivé à Houlgate et son centre sportif de 12 hectares, que j’ai découvert par la suite, en randonnées et footings ; splendide !
Par la suite, j’ai découvert ses infrastructures sportives : tir à l’arc, volley, stade, … Il y a aussi la ferme-centre équestre où nous sommes montés à cheval, à l’intérieur, à l’abri de la bourrasque ! On y a découvert cet animal de 700 à 800 kilos, énorme dinosaure, que j’ai finalement réussi a dompté, et qui est un animal d’une douceur incroyable si on lui fait comprendre qu’on l’aime bien et qu’on a pas peur …
J’ai beaucoup aimé le lounge côte avec ma combinaison de plongée : j’ai pensé que j’allais mourir de froid, dans l’eau jusqu’au cou, mais j’ai eu des sensations de chaleur !
Un mot sur le groupe  et mes collègues : tout s’est très bien passé, avec une grande camaraderie et une grande solidarité. Seul petit bémol qui m’a fait un peu de peine : l’accident de Ken et ses petites souffrances sportives.
J’ai constaté une chose : il n’est pas évident de vivre en groupe mais là tout a très bien fonctionné entre nous.
Un mot pour Léa, Djaffar et Aubin qui ont été très bien. La restauration était aussi très bien, la nourriture très bonne et variée.
je remercie les responsables d’Antigel et ‘Un ballon d’insertion’ pour ce séjour.

Toni, vivent les Normands !