Archive par auteur | montparnassebienaccueil

Chantier au Sappel

Je me rappelle d’un bon souvenir. C’était le 5 juin 2016. On est parti dans le sud est de la France, dans les montagnes, à presque 800 mètres d’altitude. On est arrivés le soir vers 17h-18h, c’était un long voyage, un peu fatiguant.  Nous étions 2 personnes, moi et Frank, accompagnés par 2 sœurs. J’aimais bien les gens qui étaient là, ils sont très gentils.J’aimais la maison, une grande maison, belle maison. Au total 5 personnes avec une autre personne. Là-bas c’était semi-vacances semi-chantier : on a construit un …semi- escalier !

J’ai le souvenir des bons moments, à prier, le soir, dans la petite chapelle.
J’ai bien aimé aussi couper le bois, et escalader pour monter voir une cascade : c’était très beau ! Sœur Danièle était toute contente, avec un grand sourire, c’était très agréable …
Et aussi j’ai un bon souvenir des jeux de cartes, le soir, avec le Uno.
Encore un bon souvenir, quand on mangeait sur la terrasse près du jardin, près des fleurs. je me souviens de Marie-renée qui cueille des fleurs tous les soirs, et tous les soirs il y avait un bouquet de fleurs sur la table. Ça fait très très plaisir …

On a bien mangé matin, midi, soir, bien logés, bien dormi. On était loin de Paris, loin des gens, loin de tout, dans la montagne.

J’ai aimé goûter une cerise : c’était la première fois que je mangeais une cerise dans la nature, cueillie directement sur une branche.

Un bon souvenir … j’ai profité d’un bon moment de vacances.

Je veux remercier Pierre et Geneviève.

Guoen

sappel

 

 

 

La pêche

Aujourd’hui nous sommes partis à la pêche. Quand on est arrivés là-bas on a fait un pique-nique sous les arbres au bord de l’étang. Quand on a fini de manger, Guillaume et Noureddine ont joué au ballon et moi, Frank, Valérie et Claude, ont a fait du yoga en plein air sur la pelouse. On s’est bien détendu. On a fait plusieurs postures de yoga. Un petit moment de bien être, on est content.
Après, les animateurs de l’atelier de pêche sont arrivés : ils nous ont présenté comment préparer la canne et accrocher les larves de mouche, comment lancer l’hameçon dans l’eau, droit pour éviter de blesser les autres. Frank a demandé si l’étang était profond, ils ont dit que non. Au fond de l’eau il y a de la vase qui sent mauvais. L’animateur nous montre pendant cinq minutes comment faire.
Ensuite chacun se met dans son coin et lance l’hameçon dans l’eau et on attend, on regarde, on surveille, on est très attentifs. Il ne faut pas regarder autre part. Ils nous ont montré l’amorce : des boules pour attirer les poissons.
Moi j’ai pêché une dizaine de poissons pas grands, des mini-poissons. Frank a pêché une tanche, Guillaume une écrevisse. C’est très rare de pêcher une écrevisse à la canne. Et moi j’ai pêché une perche. J’ai beaucoup pêché de petits gardons. A chaque fois on relâchait le poisson.
On a pêché pendant presque trois heures. Après c’était l’heure de ranger les cannes à pêche. Les animateurs ont expliqué les types de poissons, comment ils vivent dans l’eau douce. Chaque poisson a un nom. A la fin on a relâché tous les poissons. J’ai vu un poisson qui a sauté directement dans l’eau. Tout le monde a rigolé.
Après on dit au revoir aux animateurs de la pêche. C’était une belle journée, tout le monde était content, détendu.

Guoen

Afficher l'image d'origine

La perche

Afficher l'image d'origine

Le gardon

Afficher l'image d'origine

La tanche

Cinéma en plein air le 13 juillet – Gravity

Quand nous sommes arrivés à la Villette, nous sommes allés chercher tous les quatre un transat et une couverture, puis nous nous sommes installés en plein milieu, en face d’un écran dégonflé que nous ne pouvions pas encore voir. Le cinéma en plein air c’est plus que du cinéma ! Des enfants jouent à cache-cache avec leurs parents autour de nous, d’autres devant nous tentent de se réchauffer alors que le froid gagne la pelouse. Plein de scènes que l’on ne verra jamais dans une salle de cinéma traditionnelle.
Le sentiment qui revient souvent dans « Gravity » c’est la peur, celle des personnages et qu’ils nous transmettent. On ne sait même pas comment les astronautes se sauvent. C’est compliqué pour nous de comprendre tous ces phénomènes incroyables, mais le film ne doit pas choquer les spécialistes. On sent que le réalisateur s’est inspiré de la science pour faire son film. C’est grâce aux scientifiques que l’on peut imaginer la réalité dans des situations pareilles. Mais il y a peu de scènes de la vie quotidienne dans l’espace : comment les astronautes mangent, boivent, se lavent ?

Mais même dans l’espace les personnages gardent leurs cœurs, on le voit lorsque les personnages se rapprochent, avec les scènes de rêve particulièrement.

George Clooney essaie de communiquer dans toutes les langues possibles mais quand il s’aperçoit que le contact est rompu avec la terre, il est tellement triste qu’il préférerait mourir. Pour lui, il n’y a plus aucun espoir.

Pour certains tout ça est tellement incompréhensible qu’il est difficile de donner un avis. C’est un vrai film de cinéma, une fiction pas réaliste du tout.

 

Mahmoud et Guoen

 

Empires de Huang Yong Ping

On a vu beaucoup de containers dans cette exposition. La guide parle de mur  de containers. Après, on voit  un  chapeau noir gigantesque, celui  de Napoléon Bonaparte, entre  deux  tours de containers. Il y avait aussi un gigantesque squelette de serpent, la gueule ouverte, prêt à attaquer.

La guide a expliqué que c’était comme un paysage. Elle nous a dit aussi qu’il y avait beaucoup de chapeaux de Napoléon, environ 300, dont il reste actuellement moins de 80.

J’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de travail pour cette oeuvre, beaucoup de matériel très très lourd. C’était très très grand pour moi. En arrivant tous ces containers m’ont fait penser à la construction d’une montagne. Et qui va porter ce très très grand chapeau ? Pour pouvoir conquérir le monde… Un empire, c’est un personnage qui contrôle le monde  et qui pense ‘c’est moi le plus fort !’.
Le serpent , pour moi, c’était comme des nuages entre les montagnes, qui se dispersent quand le soleil se lève. Comme dans un paysage chinois.
Je n’avais jamais vu une chose comme ça…

Guoen

20160616_151455

 

Le spectacle dans le vide

On est entré dans le théâtre vers 20h, là on nous propose du popcorn et on choisit les meilleures places. les gens s’assoient et c’est le silence …le spectacle dans le vide commence.

Au départ l’artiste place des matelas et des morceaux de mousse, tout le monde regarde et se demande pourquoi il fait ça, un par un, bien rangés …Ensuite il monte sur une des cordes tout en haut, la corde casse ! Il tombe, le matelas, est mal placé … Alors il re-arrange les matelas, méticuleusement bien alignés, sous le milieu de la corde. Il fait un tour. Mais la corde tombe ! Il re-déplace le matelas …cette fois il le déplace tout d’un coup, de l’autre côté.  Il refait un tour, s’échauffe, et commence à monter, monter sur la corde. Il fait des acrobaties sur la corde. Puis monte jusque sous le toit , s’agrippe à une poutre et là, la corde tombe ! C’était très dangereux, car il se tient avec une seule main, sans protection. A la force des mains il continue à grimper pour sortir sur le toit . Il descend du toit à l’extérieur et revient dans le théâtre. Puis, il recommence à monter …

On regarde une personne qui grimpe en haut d’une corde, puis lâche, tombe, et recommence.

Dans les débuts, une radio diffusait une interview de l’artiste sur le thème : vous ne faites que ça ? …Il s’est énervé et a jeté le poste. les gens riaient.

Pour moi c’est quelqu’un qui dans la vie a choisi de faire une seule chose. Je pense qu’il est heureux car je crois que ça rend heureux de faire toujours la même chose. Il est très fort dans son coeur. Et physiquement il est très costaud, très fort.

Tout le monde applaudit et les gens partent sans dire un mot … C’est une personne à la hauteur du théâtre, un acrobate professionnel, peut-être le meilleur. C’est un travail très dur.

Guoen

sisyphe1

 

 

La visite au musée Carnavalet

Le carnavalet est un musée dans le IIIème arrondissement de Paris , la visite que l’on a faite était sur le thème de la vie quotidienne à Paris. Bientôt ce musée va fermer pendant des travaux.
Il y avait Valérie, Guytho, Stéphane, Fabrice, Thierry(un bénévole) et moi, Guo en. Nous sommes allés au musée Carnavalet, d’abord entrés devant, puis à l’intérieur pour attendre notre guide. Une fois arrivée, elle s’est présentée : ‘je suis votre guide …’.
En premier elle a présenté le jardin qui était fabuleux. Il y avait sur un des murs 4 statues qui représentent les 4 éléments : un personnage pour l’eau, un personnage pour le feu, un pour la terre, et un pour l’air. Après on va voir des tableaux et des objets.
Après on est allés au restaurant pour manger des fallafels : c’était bon mais quantités pas énormes et serveur souvent oublieux !

Ce que j’ai préféré ce sont les tableaux représentant des personnages avec des vêtements très chics, en portrait ou au restaurant. Actuellement on ne voit plus de gens élégants comme ça, allant au restaurant, à part au cinéma !

Guoen

SAM_0234

Visite au musée du Quai Branly

J’ai choisi un tambour antique, datant de plus de 2000 ans, venant du Vietnam. Ce tambour servait pour des rituels : pour demander de la pluie au Ciel quand la terre est sèche. Et si pas de pluie, pas de récolte, pas de fruit et pas assez à manger.
C’est pour cela que le soleil est dessiné au milieu du tambour et 4 grenouilles autour.
Il m’a plu car il est énorme ! Et il me fait penser à beaucoup de choses : la joie, la peur, …Il faut cacher le tambour; il est enterré quand il ne sert pas. Pour celui qui le découvre c’est du bonheur ou du malheur … Ce n’est pas n’importe qui qui tape sur le tambour : quelqu’un qui connaît bien le village, les anciens et l’histoire.

Guo

tambour antique chinois

 

Rite d’initiation – Guo

J’ai imaginé un rite d’initiation pour les nouveaux arrivants à la Bagagerie :
Chaque nouvelle personne qui arrive doit respecter le rite. Elle doit porter un masque rigolo et manger un petit piment.
L’avant dernier arrivé donne le piment et le masque au nouveau.
GuoritesBagagerie3