Archive | Meilleurs moments RSS for this section

spectacle sentimental des chevaux

Nous sommes allés voir des chevaux qui font un spectacle. Ce spectacle fait rire les gens, et aussi fait peur aux gens, quand ils troublent les chevaux en étant trop près d’eux, même si les chevaux sont immenses. Car les chevaux sont dangereux : si ont reste derrière ils peuvent donner un coup à l’improviste…
On voyait aussi deux chevaux , un mâle et une femelle, qui jouent ensemble et se rapprochent, mais leur parents ne sont pas contents ! Le mâle continue à courir sur son terrain, et fait des tours et des tours … On voit dans ce spectacle les sentiments des animaux. typiques des chevaux.

L’homme qui les a entraînés comprend comment faire de beaux spectacles, de merveilleux spectacles ! Il y a des chevaux déguisés, des canards déguisés, des coqs… des chevaux qui font semblant d’être morts près des hommes, et des loups arrivent pour chercher leur nourriture. Une fois la nourriture prise ils partent … Puis les chevaux se réveillent, comme si de rien n’était et continuent de faire le spectacle. Les hommes leur donnent plusieurs fois des récompenses.

Il y avait aussi 5 hommes qui ont piétiné et tracé une croix sur le sol en partant chacun sur son chemin. Un cheval atypique trace un cercle, puis il attend et donne son accord avec sa tête devant chaque homme, qui lui donne une récompense, comme si il signifiait qu’il avait largement mérité sa récompense, avec sa tête.

A un autre moment,  un cheval, très vieux, très fort et très poilu, bien coiffé, a été suspendu dans les airs pendant un moment. C’était  étouffant ! étonnant, bizarre, pourquoi suspendu …?

Et puis un poulain jouait avec sa mère, qui faisait son éducation : il voulait manger ou faire un bisou, et sa mère le poussait, ‘tu pense qu’il va te pousser des ailes pour voler dans l’air ? reste tranquille sur la terre!’. C’était un spectacle de sentiments doux, très doux.

Les chevaux sont des animaux merveilleux, et on les voyait comme dans la nature, comme si le soleil se levait, avec un peu de brouillard, ils se réveillent, font des bruits, hennissent, et bougent un peu la tête … Sur ce terrain, c’est un paysage très très loin des hommes que l’on voyait, comme si ils ne connaissent pas les humains et que les chevaux sont seuls sur terre. Après, les hommes arrivent.

La musique accompagnait tout le spectacle. Elle était très importante car les chevaux comprenaient bien la musique , agissaient, dansaient, en fonction de la musique, et révélaient leur personnalité de chevaux. C’est ça Zingaro…

Bartabas est comme un enfant qui joue avec ses parents, dans la vie quotidienne, jour après jour, … Les chevaux veulent lui apprendre des choses, comme des parents qui expliquent, et puis des fois l’enfant fait des caprices, on voit les chevaux en colère…

Guoen

 

 

Publicités

CIRQUE MANDINGUE AFRO CIRKUS – Itinéraire d’un continent

mercredi 25/10:2017

Nous voilà partis dans un sublime voyage en terre de Conakry en Guinée. Un spectacle ou on retrouve le mât chinois, le main à main, l’acrobatie, la contorsion et la danse.

La recette du spectacle:

  • bonheur
  • joie
  • beauté
  •  féerie
  • humour
  • rêve

Un grand merci a la bagagerie pour ma première sortie. J’ai vraiment voyagé au fil des tableaux, en ayant par moment des frissons pour la troupe, au vu de certaines scènes ou ils n’avaient pas droit a l’erreur. Le tout sur des musiques ou on avait envie de se lever et danser.

Anonyme

 

Piscine

Le 4/11/2017  je suis parti à la piscine avec Thierry, une jeune fille, Fabrice, madame l’animatrice et la dame qui nous guide madame Karine  du 15 me de Paris.

Nous ensemble restons un peu dans un café. A 12 h nous sommes partis dans la piscine  Blomet. Nous changeons les vêtements, un maillot, et le bonnet dans une cabine. J’ai pas nagé bien par ce que j’ai pas respiré  bien dans l’eau . Karine et l’animatrice  aident moi pour nager. C’est un bon jour pour moi .

A la fin de la piscine nous sortons ensemble et mangeons  dans un restaurant  libanais de Paris . C’est un bon sandwich halal.

Je veux remercier l’ animatrice et tous les gens pour la  solidarité .

m: Zahid Noureddine                    le 16/11/2017

Extrait du spectacle « Afro Cirkus-Itinéraire d’un continent »

Une Soirée émouvante,riche et intense.  J ‘ai assisté à plusieurs surprises / des hommes qui ont une énergie incroyable et qui m’ont donné le plaisir de les regarder.

MATHURIN

Cinq jours qui changèrent… (la course à pieds…)

On dira ce qu’on voudra…, mais, il y en a qui aiment ça! Quoi? Mais…, courrir, tout simplement. Il était raffraichissant (raffraichissement toutefois tempéré par notre propre participation à leur réjouissance: « Toute activité est obligatoire! » (vieil adage Houlgatien)) d’assister à l’amicale confrontation de ces deux « coureurs », que nous découvrîmes à l’occasion de ce séjour: « Guoen et Mathurin. »

Devant lesquels nous ne pouvons que nous taire (le silence permet de mieux respirer) et applaudir (nos bras endoloris, nous le permettaient encore). Il nous restait à découvrir l’émergence d’un troisième larron (celui-là est à ranger du : « côté » du bon!), aux performances des plus prometteuses : « Justin », dit : le « Mérou »… Il nage bien, il court mieux encore…, enfin, bref… Pour le vieux barbon que je suis, il est assez « Irritant »..!

Fin de la deuxième partie

Bosco57

Cinq jours qui changèrent… : (l’équitation…)

Son nom parait porter des relents de scandale à l’américaine..! Mais, à bien y regarder, on ne saurait y trouver qu’un bonheur à la française..! Ne nous méprenons pas, nulle trace de « Watergate » à… « Houlgate »!
Si, s’agissant de Marlène Diétrich, Jean Cocteau disait: « Son nom commence par une caresse et s’achève sur un coup de cravache. » On pourrait fort bien user de la définition pour Houlgate et le séjour que nous venons d’y effectuer.
La disponibilité, la sympathie, et le savoir-faire du personnel qui se mit sans réserve à notre disposition, l’offre suave d’un couchage de bon aloi et une nourriture qui parraissait vouloir lui disputer le prix d’excellence…
Voilà pour la caresse..! Passons à la « cravache »:

Celle-ci se présente, selon les circonstances, sous les « délicieux » sobriquets de: Crampes, Tendinites, Luxations, Courbatures…  Et qui, tels, sonnent comme autant de « petits plus », généreusement prodigués par « Un ballon pour l’insertion », célébrissime association… dont je n’avais, jusque là, jamais entendu parlé… Mais, je suis tellement distrait..!, de prime abord de quoi faire fuir toute clientèle soucieuse de son confort.
Il n’en demeure pas moins, qu’outre ces petits avatars, nous passâmes en ce port de la Normandie, une semaine des plus enrichissantes (au point, que durant le voyage de retour, il me vint la crainte irraisonnée de me voir payer l’ISF), qui nous réserva bien des aventures..!

Fi de la chronologie, laissons le « coeur » se souvenir, il sera sans nul doute bien plus chaleureux que la froide mémoire.  Entre autres aventures (le mot n’est pas trop fort), nous eûmes droit, à une savoureuse initiation à l’équitation au cours de laquelle nous assistâmes  malheureusement, à la chute d’une légende. Quand on a vu, une fois dans sa vie, les exploits d’un « Cow-boy » nommé Justin… on comprend instantanément que « John Wayne », lui-même, ne saurait être qu’un numéro deux.
Justin, digne pourfendeur de l’Ouest…(de l’ouest d’Houlgate), à l’instar de Jean Paul Belmondo, s’en faisant un devoir, mit un point d’honneur à ne pas se faire doubler, quand il décida d’opérer une magnifique cascade digne des plus beaux fleurons cinématographiques, qui firent les beaux soirs d’Hollywood. En clair: « Il tomba de cheval! » Sa malheureuse monture, après s’être débarrassée de son pauvre cavalier, partit au triple galop, la mine déconfite et semblant dire, prenant le ciel à témoin:  » C’est pas de ma faute..! Pour spectaculaire que fut cette chute qui, n’en doutons pas, restera dans les annales, nous fûmes immédiatement rassurés sur le sort de celui dont les ébats hyppiques nous ravissaient, en le voyant, sur l’instant, se relever hilare et couvert de sable ocre..! Ce qui lui donnait l’air d’un brave « péone » mexicain, néanmoins content de son sort, et souriant à la vie!

– Fin de la première partie –

Bosco57

3/6/9

Bien le bonjour à toutes et tous, fidèles lecteurs de ce blog.
3/6/9, ce n’est pas une date, cela pourrait être un bail commercial, c’est presque tout cela, 9, pour 9 ans, c’est en 2008 que j’ai commencé à montrer mes premiers signes de fatigues professionnelles et intellectuelles, 6 ans, c’est le début de la vraie galère et mon arrivée au sein de cette structure chère à mon cœur et enfin 3 ans, la fin de cette période et mon départ définitif.
Depuis, reprise professionnelle en tant que salarié, que du bonheur quand on a été dirigeant et entrepreneur, des semaines de 45/50 heures de travail, le tout en devant composé avec un « responsable » dont la compétence est limitée à ce qu’il a appris en école de commerce, ce qui dans l’ingénierie peut poser problème. Enfin depuis quelques semaines, j’ai allié mon goût de l’entreprenariat et celle de l’art en créant une nouvelle entreprise de design graphique et de 3D.

Ainsi, par ce biais, fidèle lecteur, je te donne de mes nouvelles,  et me permet de laisser ici mes coordonnées professionnelles et mon logo dasn deux styles que j’affectionne, l’ar déco et l’art nouveau.

 

Je vous remercie tous, bénévoles et usagers, l’incroyant que je suis vous souhaite d’être bénis, car tous m’avez apporté beaucoup et enrichis intellectuellement.

Anthony Marc Mas de la Renaudie

Le château qui n’existe plus

Ce château c’était le luxe, c’était le château de quelqu’un qui ne veut pas beaucoup partager avec le peuple français. ce château il était beau, magnifique ! Le prince s’y promenait, et la reine, et les princesses, et les neveux du roi.
On y trouvait des meubles, des carrosses, … et beaucoup de chevaux. A l’époque les rois vivaient avec des chevaux.  Ils chassaient les animaux pour s’amuser pas pour manger !
Désormais il n’y a plus de château. Autrefois il était là. Bien construit, bien terminé …C’est un mystère.

Pourquoi le château n’est plus là ? C’est la guerre contre le roi : de gens ont voulu empoisonner le roi. C’est une vengeance, c’est l’acte d’un fantôme ! Est-ce que  c’est pour dire : ‘je suis plus fort que le roi ? je suis très puissant …?’. Avec le roi, une seule bouche parle. mais le peuple, au final, est plus fort que le roi.
Pour cela il a fallu passer par une personne de confiance, proche du roi, très proche : le lieutenant supérieur des gardes du roi. Il a mis du poison pendant le festin du déjeuner, pendant une journée très particulière, avec une grande fête, celle de son anniversaire de soixante ans.

Pourquoi cet acte ? Mystère…

C’était peut-être par jalousie, parce qu’il voulait prendre sa place ?…
Ou par rapport à une vengeance, car sa grand-mère a accouché d’un enfant qui aurait dû être un roi – le roi oublié.

Le roi se promenait dans une autre ville, et il rencontre une femme très élégante – qui ne sait pas que c’est le roi. Elle ne sait pas qui il est car le roi ne le dit pas pour la protéger. Ils ont eu un enfant, mais elle ne l’a pas dit au roi. Il l’a finalement appris et il lui a donné de l’argent discrètement pour bien éduquer son fils car elle avait coupé les ponts. Mais quand il a grandi cet enfant, il a voulu être roi à son tour et prendre la place du roi. Il voulait changer le monde. mais il n’a pas pu.
Plus tard, son fils est devenu le lieutenant supérieur des gardes du roi. Alors il  tue le roi en l’empoisonnant.
Dieu, en colère de voir cet assassinat, a fait brûlé le château et le lieutenant des gardes avec.

Guoen